Traversée, Pavé-Meije Orientale

Michel et Christophe voulaient faire la traversée de la Meije, certes le 13 juin c`est peut être encore un peu tôt mais sans les orages de ces derniers jours les arêtes auraient été en bonnes conditions. Je les préviens que nous ne pourrons faire cette course mythique, le grand Pic est couvert de neige et de glace. Tous les deux en rêvaient, malgré les conditions ils souhaitent toutefois se rendre dans les Hautes Alpes, et l`escalade des Enfetchorres et une nuit au refuge du Promontoire les motivent. Je leur propose la Traversée Pavé-Meije Orientale, elle devrait de l`avis de Pierre Risardo être praticable même avec de la neige.

Lundi, après avoir rapidement franchi la brèche de la Meije nous gagnons le refuge du Promontoire mais à peine arrivé le relief se bouche et rapidement le grésil tombe. Ca se présente mal, même si la météo est bonne pour demain, il faudra un bon regel pour envisager la monter à la brèche Casimir Maximin.

Nous passons une soirée sympathique autour d`un Munster, que Christophe et Michel ont monté d`Alsace, et d`un verre de Kir que nous offrent Fredi et Nathalie les gardiens de l`Aigle (du Promontoire !!!)

Quelques anecdotes médicales que Michel et moi leurs comptons les font beaucoup rire, nous finissons par déguster leur délicieux Tadjine et un Génepi vient clore le dîner. Nous nous couchons préoccupés par ces nuages qui refusent de se déchirer.

A 4 heures le réveil sonne, Pascal sort rapidement et nous confirme que la nuit est claire et la neige dure.

Depuis le refuge nous descendons sous l`arête du Promontoire pour rejoindre le glacier des Etançons, de là nous rejoignions le col du Pavé, la neige à peine gelée cède quelques fois sous nos pas et nous oblige à plus d’efforts. Un peu en dessous du col, il faut franchir la rimaye le plus à gauche possible, puis aborder le mixte raide sous la brèche à gauche du sommet du Pavé. Un dièdre noir donne accès aux pentes, et par une grande oblique à gauche on rejoint la brèche par des rochers faciles, mêlés de glace et de neige dure. La suite du cheminement se fait sur le fil de l`arête en y « collant » le plus possible, quelques désescalades de sont pas commodes, notamment celle du premier gendarme. Il nous faudra nous assurer souvent, et progresser en faisant des longueurs, la neige abondante couvre le rocher souvent médiocre. Le cheminement est superbe, l`arête effilée couverte de neige est spectaculaire. Elle nous réserve des points de vues sur les glaciers des Etançons et de l`Homme.

Nous quittons le fil de l`arête à la fin, pour franchir une longueur impressionnante dans une pente de neige peu consistante, surplombant de 1000 mètres le glacier de l’Homme. Nous contournons ainsi le dernier gendarme caractéristique, enfin une longueur raide nous conduit sur le fil d’une arête horizontale. De là, facilement, nous gagnons le sommet de la Meije Orientale. Il est 13 heures, il nous reste à descendre au refuge de l’Aigle puis au Pied du col par les vires Amieux…..Christophe et Michel sont ravis, Pascal et moi fatigués!

Posted in Actu.

Comments are closed.